Mon expérience : GR20 – De Vizzavona à Conca – En 7 jours

C’est quoi le GR20 ?

Le GR20 est annoncé comme étant l’un des sentiers de grande randonnée les plus durs d’Europe (mais aussi l’un des plus beaux). Il faut compter 16 jours pour un randonneur classique, à raison d’une étape par jour. Au nord du GR20, vous ferez face à des passages très techniques (sur un sentier parfois escarpés), tandis qu’au sud, les chemins sont moins accidentés et le terrain moins valloné.

Les étapes

Vizzavona à E Capanelle

E Capanelle à Prati

Prati à Usciolu

Usciolu à Matalza

Matalza à Asinau

Asinau à Paliri

Paliri à Conca

L’expérience GR20

Sans parler, bien entendu, de la préparation physique qui est nécessaire avant de vous lancer, il est tout aussi important, voire primordial, de contrôler le poids de votre sac. Car, aussi bon(ne) marcheur(se) que vous êtes, peu importe, si votre sac est trop lourd vous risquez à un moment ou un autre de ne plus pouvoir avancer ou de trop solliciter vos articulations ou d’aller vers l’accident « bête » (entorse, foulures…). Pour ma part (eau y compris : 3 litres) mon sac pesait 13 kilos (un peu beaucoup) j’avais pourtant ciblé le stricte minimum, même si je m’étais lâchée sur les médicaments et pansements (je préférais ne pas lésiner là-dessus). Mais nous transportions nos petits déjeuner (pain d’épices), nos déjeuners (saladières Saupiquet) et nos dîners (nourriture lyophilisée). Bon, nous n’avions pas de saladières pour les 7j (4 conserves chacun) et nos deux premiers dîners ont été pris au refuge. Je conseille d’ailleurs à ceux qui voudraient alléger leur sac de miser sur les repas des refuges, certes il est aux alentours de 20€ mais il est généralement copieux et vous permettra de récupérer des forces aussi bien qu’un sachet de pâtes lyophilisé (si ce n’est plus !)
Ce qui fait aussi partie du folklore corse, c’est l’accueil particulier des gardiens de gîte. Certains nous faisaient clairement sentir que s’occuper des pauvres randonneurs fatigués, ils n’ont pas que ça à faire… Alors que justement si ! Ils sont même payés pour ça. Mais bon, fort heureusement tous les gardiens ne sont pas comme ça.

Tente ou Refuge ?

Nous avions choisi principalement les refuges afin d’être à l’abri en cas d’intempéries (vent, pluie..). A noter aussi que lorsque vous choisissez la tente (que ce soit la vôtre ou une prêtée) vous n’avez (normalement) pas le droit à la cuisine (à moins d’avoir réservé le repas bien sûr). Un coin cuisine (réchaud, évier) est disponible proche de l’emplacement des bivouacs pour que vous réchauffiez votre nourriture. Pas toujours pratique quand il fait froid !
En refuge, on n’a donc pas ce problème… Mais il y en a d’autres, prenons le plus problématique : les punaises de lit !
Alors cette bestiole horrible qui, jusqu’ici, n’avait jamais croisé mon chemin, s’acharne à vous piquer pendant votre sommeil, de quoi vous laissez de jolis boutons groupés et particulièrement sujets à des démangeaisons. Ce serait mentir de vous dire que les gîtes ne sont pas désinfectés mais d’une, ils ne le sont pas tous les jours et de deux cela n’éradique pas forcément entièrement toutes les bestioles.
J’ai donc eu l’occasion de me frotter à quelques unes mais je suis plutôt chanceuse comparée à d’autres personnes croisées sur les sentiers.

Ajoutez à cela, dormir à 32 dans un dortoir entouré de personnes bruyantes (je vous épargne les détails sur les ronflements et autres.. merci mes boules Quies!) et vous obtiendrez le joli cocktail des refuges.

Mais bon, ça fait partie du folklore on vous dit ! 😉

En Bref

J’ai beaucoup aimé cette randonnée, elle permet de découvrir des paysages magnifiques, mais pas que. On est quasi seul au milieu des montagnes (nous étions deux pour info), on entend rien d’autre que la nature et on oublie de penser. Et même si l’on pense à 2/3 petites choses de temps en temps, on a l’impression d’avoir la tête vidée. Enfin ça m’a vraiment permis de me sentir bien. Au delà de ça, cette randonnée demande une certaine rigueur de soi et l’on éprouve une grande fierté d’être arrivée au bout, un sentiment d’accomplissement qui est quasi jouissif.

Seul ou Accompagné ?

Pour les novices (comme moi!) je dirais accompagné, même si la personne avec vous n’a jamais fait le parcours c’est toujours mieux d’être 2 ou plusieurs. Sur la partie sud il y a aussi quelques passages assez techniques qui demandent beaucoup de concentration et qui peuvent bloquer certaines personnes. C’était le cas d’un suisse que nous avons rencontré sur le parcours et qui nous a demandé de bien vouloir faire le début d’une étape avec lui car il avait peur d’être seul et qu’il préférait arrêter et rejoindre Cozano. Il avait fait quelques étapes du nord et 3 étapes du sud auparavant mais les passages « à risque » : pente, éboulis, parois… avaient eu raison de lui.
C’est pourquoi je ne pense pas que ce soit rassurant de le faire seul.
Moi je l’ai fait avec mon copain, hormis partager un moment fort à deux, cela nous a permis de sentir nos limites, de voir si nous étions autant sur la même longueur d’onde que nous le pensions, pas forcément un test en soi à la base mais cela est un bon révélateur à mon sens.

Et si vous voulez tout savoir: oui, ça s’est très bien passé ! 😉

Lever de soleil sur les montagnes Corse

Lever de soleil sur les montagnes Corse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s